J.P. HAMON à la commission des comptes de la sécurité sociale Réponse à MariSol Touraine

, par  Jean-Paul HAMON (Président de la FMF)

La FMF   note la satisfaction ministérielle concernant le retour à l’équilibre prévu pour 2017 et a également entendu qu’il était question de préserver le droit des assurés, ce qui est naturellement la moindre des choses.

J’étais moi aussi ici en 2012 pour vous dire que le déficit n’était pas inéluctable à condition de faire les réformes structurelles nécessaires et d’organiser un vrai parcours de soins.

Depuis 2012 les déserts médicaux s’accroissent, la médecine libérale n’attire plus, les patients s’entassent aux urgences hospitalières.
Mais les comptes seraient à l’équilibre en 2017 et c’est ce qui semble ici compter .

Les mutuelles ont 7 milliards de frais de gestion dont 3 milliards de publicité, leurs comptes sont toujours opaques comme vous le leur avez permis depuis leur congrès en 2012.
Les patients payent des contrats où on leur promet des remboursements à 400% quand les contrats dits « responsables » ne permettent que des remboursements de 150%.
Çà n’est pas ce qu’on peut appeler une préservation du droit des assurés.

Contrairement à ce qui a été promis en 2012 les franchises sont maintenues (sauf pour les ACS   et seulement parce que vous ne savez pas techniquement les récupérer)
Le reste à charge diminue artificiellement par une augmentation des ALD de 7 à 11 millions mais augmente pour tous les autres Français.

L’accès libre à l’hôpital et le mode de financement des urgences coûtaient 2,5 milliards à la collectivité, ils coûtent maintenant 3 milliards et rien n’est fait pour encourager les 15 millions de passages qui n’ont rien à y faire à être pris en charge en médecine de ville

Les premières initiatives concernant le virage ambulatoire que nous pouvons observer en région se font sans les médecins libéraux ni les professionnels de santé libéraux ce qui n’est guère encourageant pour la suite.

9% des médecins diplômés s’installent la première année de leur diplôme.
Paris intra muros a perdu 17% de ses médecins généralistes en 5 ans et çà ne va pas s’arranger avec le tiers payant généralisé.

Vous me permettrez donc de ne pas partager l’optimisme ambiant.

Les médecins libéraux attendent toujours la véritable réforme sur l’organisation des soins et la nécessaire amélioration de leurs conditions d’exercice pour redonner de l’attractivité à la médecine libérale et améliorer enfin l’accès aux soins.

Voir en ligne : MariSol Touraine se félicite du retour à l’équilibre des comptes du régime general

Dernières Publications

Sites favoris Tous les sites

28 sites référencés au total

Brèves Toutes les brèves

Soutenir par un don