Et si nous devenions tous médecins-conseil ?

Dans ces temps difficiles où tout le monde tape sur le monde libéral, la tentation peut être grande de regarder du côté du salariat.

Et puisque la CNAM semble trouver, en accord avec le Ministère de la Santé, la Présidence de la République, et une grande partie de la représentation nationale et même de la population, que les libéraux gagnent trop, qu’en est-il des ses médecins-conseil ?

Régulièrement nous recevons des offres d’embauche alléchantes, puisque la CNAM et la MSA font leur marché dans les rangs des libéraux.

Mais est-ce si valable ?

Il suffit pour ça de lire la Convention Collective des médecins-conseil et de récupérer la valeur du point d’indice.

Parce que leur rémunération ne dépend que deux éléments, la grille indiciaire des rémunérations et ce point d’indice … à comparer à la complexité de la rémunération des libéraux, NGAP, CCAM, Forfaits, charges, comptabilité, etc…

Le point d’indice est actuellement de 7,49694 euros, depuis la revalorisation de 3,5% du 1er octobre 2022 (alors qui nous nous faisons balader en négociations)

Il faut tenir compte aussi du fait que

  • L’expérience professionnelle du praticien conseil est prise en compte par l’attribution de 30 points d’expérience par tranche de 5 ans révolus d’exercice médical, décomptés à partir de l’obtention du diplôme. Les médecins-conseils ont donc une progression de carrière, contrairement aux libéraux
  • Les praticiens conseils, cadres dirigeants, bénéficient à ce titre d’une prime de 50 points (ce qui augmente d’autant les coefficients plancher).
  • Une gratification annuelle égale au salaire normal du dernier mois de chaque année est attribuée à tous les praticiens conseils (13ème mois)
  • A l’occasion des vacances, il est attribué aux praticiens conseils une allocation égale à un mois payable en deux versements, le premier d’une moitié du salaire fixe brut du mois de mai, le second d’une moitié du salaire fixe brut du mois de septembre. (13ème mois)
  • La cotisation des praticiens conseils à l’ordre de leur profession fait l’objet d’un remboursement intégral par l’employeur.
  • Il y a aussi une part variable sur atteinte d’objectifs pouvant atteindre 1 à 1,5 mois de salaire par an.

Ça commence à donner envie non ? en comptant en plus congés payés, congés de formation, 35 h par semaine, et pas de travail les week-ends, nuits et jours fériés.

Donc si on compte, ça comme pour un médecin-conseil de niveau A un coefficient minimal de 620 points, soit une rémunération annuelle de 620 x 14 x 7,49694 = 65073,43 €. Si on fait une règle de 3 pour ramener aux 55 heures hebdomadaires des libéraux ça représenterait 102258,26 €.

Et pour un médecin-conseil régional en fin de carrière 1150 x 14 x 7,49694 = 120700 €. Donc 189672 € si on ramène à 55 h.

On est donc plutôt dans la fourchette haute des rémunérations des libéraux. Mais il est vrai que pour convaincre d’aller travailler à la CNAM, il faut aligner des arguments convaincants.

Je devrais peut-être postuler finalement, je suis presque sûr que je serais excellent pour trouver les failles des règlementations. Et puis moi j’ai déjà 28 ans d’ancienneté depuis mon doctorat €€€€€.