×
 

Actualités

Travaux forcés pour les libéraux ?

Publié le 15 mars 2020, par Richard TALBOT (Admin)

La CNAM invente le travail forcé gratuit pour les médecins … libéraux.

D’après plusieurs sources (CDOM et URPS), la CNAM s’apprête à demander aux médecins traitants, sur sollicitation de leurs patients fragiles ou en ALD, de leur faire un arrêt de travail :

  1. sans les examiner
  2. de façon dématérialisée
  3. et sans se faire payer !

Ce qui veut dire en pratique :

  1. répondre au téléphone (au lieu de s’occuper de nos patients)
  2. aller chercher le numéro INSEE du patient dans son dossier
  3. le rentrer à la main dans EspacePro
  4. sélectionner le bon patient s’il existe plusieurs ayant-droits avec le même numéro
  5. établir l’arrêt de travail
  6. imprimer le volet employeur
  7. mettre le volet employeur dans une enveloppe, écrire l’adresse du patient, mettre un timbre (puisqu’on leur recommande de ne pas bouger de chez eux)
  8. poster l’ensemble des courriers

Et encore, dans la mesure où

  • EspacePro fonctionne,
  • ne plante pas sous l’afflux de connexions, 
  • les patients ne dépendent pas de la MGEN ou d’une autre AMO exotique
  • le médecin a accès à EspacePro (donc pas pour les internes ni les remplaçants)

et tout ça gratuitement.

Et en l’absence de la plupart de nos secrétaires qui devront rester chez elles pour garder leurs enfants dont les écoles sont fermées.

Ce n’est même pas du travail de secrétariat, mais du travail de saisie informatique de télé-opérateur !

C’est probablement ça le rôle fondamental et indispensable évoqué par Emmanuel Macron jeudi soir ! quand il a enfin daigné se souvenir de notre existence alors que depuis un mois on n’entendait que "N’appelez pas votre médecin, appelez le 15".

Les libéraux sont pourtant sur le front depuis le début, ils réorganisent leurs cabinet pour répondre à la demande, réservent des créneaux aux patients suspects, rajoutent des créneaux, donnent des rendez-vous (tiens d’ailleurs c’est surprenant, depuis des mois on nous serine les bienfaits des consultations sans rendez-vous pour les soins non programmés, et là subitement on se rend compte que les rendez-vous ça fonctionne aussi très bien !), travaillent sans protection ou presque, répondent au téléphone, se rendent disponibles, désinfectent les cabinets.

Parce que le VRAI travail des médecins libéraux c’est :

  • recevoir les patients (et pas seulement ceux touchés par le Covid-19)
  • les examiner
  • les traiter quand ils le peuvent
  • ou déceler les facteurs de gravité qui nécessitent de les hospitaliser ou de demander un avis
  • rassurer
  • accompagner

et qu’ils le font très bien.

S’il faut limiter les contacts physiques, développons les téléconsultations avec les médecins traitants. Ça, ça a du sens !

Pour le problème spécifique des arrêts de travail préventifs chez les patients fragiles ou en ALD, il y a pourtant une solution facile et évidente : demander aux PATIENTS de se connecter sur leur compte AMELI personnel pour compléter et valider la proposition d’arrêt de travail que le fabuleux service informatique de la CNAM va leur mettre en ligne …

Ah non ils n’en sont pas capables ? ce service est pourtant tellement performant paraît-il !

MAJ du 17/03/2020 : la solution impossible à mettre en place le 15 est devenue possible le 17 mars. Il suffisait de la leur souffler. Finalement la CNAM sait écouter parfois 

Lire le communiqué explicatif de la CNAM. 

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top