×
 

Actualités

Pourquoi je n’intégrerai pas une CPTS

Publié le 28 mai 2019, par Stéphanie LIU

Je me suis posé la question du but de ces CPTS. Pourquoi le gouvernement veut-il nous les imposer ? Le prétexte serait de pallier aux déserts médicaux. L’idée est bonne en soi, mais à quoi s’expose-t-on ? Nos élus le disent ; on doit s’engager.

1) S’engager à trouver un médecin traitant pour ceux qui n’en ont pas : donc si vous êtes le seul médecin du coin, ce sera vous !

Quelles en seront les conséquences ? La médecine est devenue procédurière. On pourra nous reprocher de ne pas avoir vu un patient dans les temps. Il va falloir travailler plus et voir tout le monde ! Et bien entendu, vous n’avez pas le droit à l’erreur et vous devrez respecter les recommandations de bonne pratique ! Et prescrire moins cher et bla bla bla

2) S’engager à recevoir toute demande de consultation non programmée dans les 24h.

Magnifique ! Nous serons totalement soumis à la volonté et aux exigences de nos patients. Nous devenons clairement des prestataires de services. Le médecin sera disponible sur un claquement de doigt.

La relation médecin-malade est suffisamment compliquée. Je sais que c’est politiquement incorrect mais de plus en plus, les patients se comportent non plus comme des malades, mais comme des usagers de santé. L’avènement de l’ère numérique fait naître de nouvelles angoisses. Nous sommes de plus en plus confrontés à des demandes d’examens inutiles pour rassurer les patients parce qu’ils ont vu sur internet que leur symptôme serait annonciateur d’une pathologie gravissime. Impossible d’être sûr à 100% que notre patient soit indemne rien que sur la clinique. Les consultations virent à la négociation. Beaucoup ne se préoccupent pas des économies de santé quand il s’agit d’eux, à juste titre. Nous avons une obligation de moyens et non de résultats, mais à quel prix ?

M. MACRON nous disait il y a peu de temps que nous devrions laisser nos cabinets ouverts jusqu’à 22h. Et oui bande de feignasses, les médecins ne travaillent pas assez ! Nous souffrons encore de l’image du nanti qui ne consulte que 4h par jour et qui prend des vacances tous les mois pour aller jouer au golf avec son gros 4x4.

En exercice individuel, finir à 22h ne me parait pas faisable. Mais avec l’arrivée des CPTS, les règles du jeu vont changer et ils pourraient nous l’imposer. Il suffit d’un avenant ou deux et hop les médecins intégrés aux CPTS devront s’organiser pour assurer des consultations de 8h à 22h du lundi au vendredi ! Et la CPAM nous courra après pour délit statistique. Sommes nous prêt à subir 36h de GAV ? Les MSP doivent déjà rester ouvertes jusqu’à 20h donc ça ne me paraît pas impossible.

Je brosse un tableau noir mais c’est ce qui nous attend ! On nous impose tout et n’importe quoi et on accepte, résigné.
Nous sommes de plus en plus rémunérés au Forfait. Ceux qui diront non seront pénalisés comme c’est déjà le cas au final.

Mais ces déserts on en fait quoi ?
C’est l’Etat qui est responsable, c’est à l’Etat de s’engager ! Certains d’entre nous sont contre le salariat, mais qu’ils y mettent des fonctionnaires !

LIU Stéphanie, jeune installée encore un peu naïve

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top