×
 

Point hebdo FMF


par Patricia Lefébure
 

Point-hebdo FMF du 10-07-2016

Publié le : 11 juillet 2016

Chers amis,

Voilà, nous sommes au mois de juillet, et les ennuis ont commencé avec l’application du tiers-payant pour les femmes enceintes et les patients en ALD. Manifestement le Ministère a confondu les termes obligation et possibilité, en donnant le cahier des charges à nos éditeurs de logiciel. Ainsi, les médecins consciencieux qui effectuent des mises à jour régulières, ont eu la surprise de constater la facturation d’office en tiers-payant pour ces patients à partir du 1er juillet. Comme ils ont fait payer leurs patients, ne voulant pas mettre le petit doigt dans l’engrenage, ils sont bons pour les rappeler un à un. Ca donne envie de se lancer dans le tiers-payant !

C’est dès maintenant qu’il faut résister et refuser d’appliquer cette Loi Santé ! Et pour répondre à tous ceux qui ne comprennent pas notre hostilité au tiers-payant, je vous rappelle que les Caisses se sont autorisées 3% d’impayés, ce qui représente tout de même 12 à 15 actes par mois : une grosse demi-journée de travail gratuit par mois ! Quant au délai de paiement, l’Assurance Maladie est passée royalement de 1 euro de pénalité de retard à 2,30 euros. Attention, 2,30 euros, pas par jour, ni par semaine, ni même par mois. 2,30 euros en tout et pour tout, pour chaque dossier traité avec retard. Payé l’année suivante. Et tout angéliquement, le directeur Nicolas Revel a estimé dans une interview, que les médecins n’avaient pas à s’en faire, car cette somme mirobolante serait « dissuasive » pour les Caisses. Ah bon ??

On n’en a beaucoup moins parlé, mais le 1er juillet a été également mise en place la contraception gratuite pour les mineures de plus de 15 ans. Avant 15 ans et à 18 ans, tu peux tomber enceinte, mais entre 15 et 18, tu as droit de te protéger d’une grossesse. Du moins pour la 1ère consultation, délivrance de contraceptif, et examens biologiques. Mais le décret n’est pas clair sur la gratuité du suivi. Et ne donne pas de consignes pratiques sur la façon de facturer, ni sur comment coder pour respecter l’anonymat. Donc pour le moment, difficile à appliquer.

Un autre volet de la Loi Santé est en train de se mettre en place dans certaines régions : les Plates-formes Territoriales d’Appui (PTA), avec un décret paru cette semaine. Ces structures sont destinées à venir en aide aux médecins, essentiellement les médecins traitants, qui sont en difficulté lors de situations complexes, notamment sur le plan médico-social. Idée séduisante au premier abord, mais au vu des premières réunions entre les ARS (Agences Régionales de Santé) et les URPS, la FMF reste plus que méfiante. Comme d’habitude, le déclenchement du dispositif nécessiterait de remplir des dossiers sans fin, et l’action de ces PTA se bornerait à établir un diagnostic médico-social et émettre des recommandations. A charge au médecin ensuite de contacter les intervenants préconisés, et d’en assurer la coordination. Sans aucune rémunération bien-entendu. Notre Ministre adorée MariSol Touraine a bien promis de mettre 2 milliards d’euros pour ces PTA. Mais ce ne sera pas pour rémunérer les médecins. Ce sera pour mettre en place des moyens de communiquer entre les établissements et la ville. Autant dire qu’ils iront directement à l’hôpital puisque les libéraux sont massivement déjà équipés, avec la messagerie sécurisée Apicrypt. A suivre, mais restons très vigilants.

Pendant ce temps, les négociations conventionnelles se poursuivent. Ou du moins, des dates sont fixées. Car la dernière a tourné court, avec le départ de la FMF, du SML, et de la CSMF. Le Bloc était déjà parti la séance précédente. Seul MG-France est resté, ainsi qu’une délégation technique de la FMF sur la protection sociale. Il faut dire que le Directeur Nicolas Revel a fait fort dans la provocation, en annonçant le calendrier des « revalorisations » : 24 euros la CS en 2017, et 25 en 2018 ! Si c’est un jeu, OK (bien que tous ces gens-là soient payés avec l’argent des cotisants) ; s’il est réellement sérieux, autant dire de suite qu’il se fiche totalement de la signature des syndicats et qu’il va vers un règlement arbitral. Voir le communiqué de la FMF.

En attendant, la FMF relance son mot d’ordre : rien à moins de 25 euros. Facturez des DE, la Convention vous y autorise, et la quasi-totalité des complémentaires rembourse au moins 28 euros.

On va encore reprocher aux médecins de jouer les Caliméro, mais force est de constater que la presse nous est très hostile. Entre Le Monde qui veut obliger les médecins à s’installer dans les déserts, et Libération qui reproche aux négociateurs de la Convention de parler surtout rémunération (bah oui M. le journaliste, un syndicat, c’est là pour défendre le niveau de vie de ses mandants ; je ne crois pas que la CGT fasse autre chose en déclenchant les grèves dans les transports), on est bien loti ! Mais la palme va à UFC-Que choisir, qui constate que l’accès aux soins s’est bien dégradé depuis 2012 (et encore, aux dires des médecins de terrain, la situation est bien pire que ce que laisse croire leur carte sanitaire). Très bien, on est d’accord là-dessus. Mais pourquoi écrire que « l’accès aux soins sans dépassement » s’est dégradé ? C’est l’accès aux soins tout court, qui est devenu catastrophique. Et que préconisent-ils pour faire revenir les médecins ? Les payer moins en interdisant tout dépassement, et restreindre le conventionnement avec l’assurance-Maladie. Sûr que ça va inciter les jeunes à s’installer !

Allez, n’oubliez pas que nos patients sont là pour nous dire chaque jour combien ils nous estiment, et que les enquêtes en population nous placent chaque fois au premier rang des professionnels les plus appréciés.

Je vous souhaite un très bonne semaine.

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top