×
 

Point hebdo FMF


par Patricia Lefébure
 

Point Hebdo FMF 78 du 30-03-2014

Publié le : 29 mars 2014





http://www.w3.org/TR/html4/strict.dtd">

Communiqué de la FMF78


FMF78

Point Hebdo FMF 78

dimanche 30 mars 2014

CONGRES DE LA FMF A  MARSEILLE LES 10 ET 11 OCTOBRE AU PALAIS DU PHARO


Chers amis,

Semaine calme, le Point Hebdo sera court.
  • Formaliser la coordination des soins reste l'obsession du Ministère de la santé, et des négociations devaient s'ouvrir le 03 avril, pour aboutir à un protocole commun fin juillet. Pourquoi pas ? dit la FMF. Sauf que le rapport de la DREES montre que cette coordination existe déjà sur le terrain et que seuls 12% des généralistes souhaitent la voir formalisée (cf mon dernier Point Hebdo). Et lorsqu'on lit la recommandation de la HAS sur le Plan Personnalisé de Soins (PPS), on comprend la méfiance des autres 88% ! Le coordinateur des soins aura juste à évaluer la situation du patient, sur le plan médical, psychologique, social, à lister les interventions nécessaires, à négocier avec le patient selon ses désirs, à nommer les intervenants, à prévoir les situations à risque, à éviter la iatrogénie, ..., et je m'arrête là car la liste est encore longue. Tout ça pour ... 50 euros par patient et pour 5 ans prévu dans le PAERPA dont j'ai aussi déjà parlé (pour les Personnes Agées En Risque de Perte d'Autonomie), qui sera le modèle. La FMF note que cette négociation ne concerne que les professionnels de 1er recours (généralistes, infirmiers, kiné), mais nullement la coordination entre généralistes et autres spécialistes. Ce qui signifie que les petits 3 euros de MCS (Majoration de Coordination, uniquement pour les Spécialistes) valent solde de tout compte. Ce qui signifie aussi que l'objectif premier n'est pas la fluidité des liens, mais la délégation des actes vers les para-médicaux. Bon, de toute façon, ça commence mal, puisque cette 1ère réunion vient d'être reportée.

  • Je reviens également sur une info de la semaine dernière : le nouveau formulaire d'arrêt de travail. Suite au Point Hebdo, des médecins ont signalé avoir vu réapparaître sur le volet 3, destiné à l'employeur, le nom et la spécialité du médecin. Ce qui, évidemment, donne des indications sur la pathologie traitée. Les spécialistes du 78 peuvent-ils me dire si c'est le cas chez nous ? Regardez vos volets 3 (nouveaux ou anciens formulaires), et dites-moi si vos coordonnées y figurent, de façon à ce que j'en parle à la prochaine CPL.

  • La défiance envers les libéraux est toujours très présente au gouvernement, et 3 décisions récentes concernant des restrictions de prescriptions médicamenteuses, en témoignent. Les généralistes et les autres spécialistes sont logés à la même enseigne, c'est l'exercive libéral qui est en cause. Pour les premiers, on note qu'un nouveau médicament contre la dépendance à l'alcool, le Nalméfène, est réservé aux addictologues en CSAPPA parce que le suivi médico-social nécessaire ne peut être effectué en ville. Sic ! Ce qui a fait fortement réagir le Collège de la Médecine Générale. En revanche, le Baclofène, exactement dans la même indication, peut être prescrit en ville (n'y a t'il plus besoin de suivi médico-social avec le Baclofène ?), mais pour une dose > 120 mg/j, il faut demander l'avis d'un "spécialiste en CSAPPA". Sous-entendu, le généraliste dans son cabinet ne peut être un spécialiste en alccologie ; il ne le devient que dans les locaux du CSAPPA. Enfin, les neurologues de ville n'auront pas le droit de prescrire le Sativex (cannabinoïde utilisé dans la Sclérose En Plaques), alors que n'importe quel interne pourra le faire à l'hôpital. Ziyad Elias, neurologue de la FMF, a très bien exprimé l'absurdité de cette décision dans ce communiqué.

  • Je finirai par une petite note d'humour, sans doute bien involontaire, de la CSMF, qui affirme dans un communiqué son attachement au bénévolat de la PDS :

« La CSMF appelle au retour de la Permanence des soins dans le champ conventionnel, afin de permettre une négociation urgente de la revalorisation des indemnisations et majorations. Elle souhaite également que tous les praticiens, impliqués dans le dispositif, soient indemnisés. De plus, la CSMF prévient qu'elle ne concédera rien sur le principe du bénévolat de la PDS -acquis de haute lutte en 2002- et qui doit rester la règle absolue en ambulatoire, comme en établissement. »

Lapsus révélateur, diront certains ... On note également qu'elle souhaite réintégrer la PDS (Permanence Des Soins) dans le cadre conventionnel, alors que les coordinations de généralistes avaient milité en 2002 pour l'en exclure. En effet, faire gérer la PDS par les ARS permet une déclinaison locale du dispositif, et surtout, une garantie assurantielle puisque mission de service public. Ce qui ne pourra pas être le cas si c'est de nouveau la Sécu qui gère. Quelle mouche a donc piqué le responsable PDS de la CSMF pour demander ainsi un retour en arrière ?
  • L'info pratique est la charte du CNOM, à suivre si vous souhaitez créer un site web sur votre cabinet.

  • Et je vous rappelle le séminaire de formation que l'A2FM organise les 05 et 06 avril à Bruxelles, sur l'écriture de modules de DPC en ligne Excellencis. Ce sera un DPC "hors quota" (donc non déduit de votre budget annuel), dans un beau lieu, et tout est pris en charge. Surtout, ne faites pas votre timide, il est conçu pour les débutants. Il suffit d'arriver avec le désir de se lancer et un thème de module en tête. Ambiance conviviale garantie. Inscription auprès de notre secrétaire Excellencis Monique.



Bonne semaine à tous.
Amitiés

Contact:
Patricia Lefébure
Tél. 06 07 65 28 72
 
 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top