×
 

Actualités

15 mois de perdus

Publié le 4 juillet 2013, par Jean-Paul HAMON

Communiqué de la Fédération des Médecins de France
Logo FMF-com

15 mois de perdus

La FMF proposait dès juin 2012 un tarif opposable pour les  personnes économiquement faibles et pour tous les actes d'urgence , pourvu que la CNAMTS mette un coefficient multiplicateur  pour ces soins non programmés pour l'ensemble des médecins.

la FMF permettait à Notre Président de tenir au moins une de ses promesses concernant l'accès aux soins dès juin 2012,à défaut de tenir celle sur la suppression des franchises.

Le choix gouvernemental a été de stigmatiser les médecins libéraux avec une campagne démagogique sur les dépassements d'honoraires, campagne dont l'aboutissement a été la signature du fameux avenant N°8.
 
L'avenant N°8 devait améliorer l'accès aux soins des français.
il va au contraire aggraver les inégalités entre français entre régions et au sein de chaque spécialité.

La chasse aux 5% de médecins qui dépassent le plus par département quelque soit le niveau de dépassement va  faire d'un  médecin qui dépasse de 25% en Bretagne ou de 45% en Aquitaine  un délinquant tandis que celui qui dépasse de 125% à Paris sera vertueux ...


Le directeur de la CNAMTS a reconnu hier soir à l'institut de Paléontologie (tout un symbole):
que les tarifs opposables n'avaient pas été revalorisés suffisamment !!!
et que sur les 5650 Contrats d'Accès aux soins signés à ce jour plus de 3500 l'ont été par des médecins généralistes et seulement par 1000 médecins des plateaux techniques lourds .(chirurgiens anesthésistes et obstétriciens).

La FMF constate qu'avec cette adhésion massive de médecins généralistes préretraités puisque le secteur 2 est fermé aux généralistes depuis 1989, l'avenant N°8 et le CAS ratent la cible affichée et de loin.

La promesse de revalorisation tarifaire sur 3 ans rappelle celles des accords signés avec les PTL en 2004 et de la revalorisation de la CCAM de 2005 jamais tenues 
La promesse de la réversibilté du CAS rappelle celle faite aux  chirurgiens s'installant en secteur 1 et qui n'ont jamais pu retourner en secteur 2.
Les 5650 adhérents au CAS connaîtront ils en 2016 le sort des 7000 médecins référents en 2006 ?

Autant de questions dont on connait les réponses qui font que la confiance n'est plus là ...d'autant plus que la Cour des Comptes savonne la planche en remettant en cause la prise en charge d'une partie des charges sociales des médecins libéraux, ce qui est une attaque directe du contrat conventionnel et en montre la fragilité.

La FMF demande le renforcement de la médecine générale en lui donnant au minimum autant de moyens qu'en avait le médecin référent.

La FMF demande les mêmes moyens pour les spécialités cliniques qui s'engageront dans une coordination  et une continuité des soins.

La FMF demande une rémunération pour les médecins du secteur 1 à la hauteur de leurs confrères européens, avec les mêmes moyens logistiques et organisationnels.

La FMF demande une réorganisation  du système de santé en recentrant l'hôpital sur le 3° recours pour diminuer les redondances de consultation, de bilan et de suivi .

La FMF demande une réforme des études avec un an en situation de responsabilité en libéral dans toutes les spécialités.

La FMF demande que la Caisse Nationale d'Assurance Maladie cesse de se comporter en organisateur des soins qu'elle n'est pas, et se recentre sur son métier d'assureur qu'elle ne fait plus correctement.


Contact:
Dr Jean-Paul HAMON
Président de la FMF
Tél. 06 60 62 00 67
Siège social: 10 boulevard des frères Vigouroux 92140 Clamart
Site internet: http://www.fmfpro.org
 

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top