×
 

Point hebdo FMF


par Patricia Lefébure
 

Point-hebdo FMF du 20-02-2022

Publié le : 21 février 2022

Chers amis,

Encore un Point Hebdo tout en chiffres et prises de tête.

Vaccins et maladie Covid, suite. On a pu croire (cf dernier Point Hebdo) que le principe 1 Covid=1 dose de vaccin était acté, mais non c’était trop simple pour nos fonctionnaires à la tête de l’Etat. Ils nous ont pondu un nouveau DGS-Urgent tellement complexe que j’ai dû le relire 5 fois pour comprendre. J’essaie de résumer. On commence avec 1 épisode Covid  ; le Pass est bon si :

  • Covid + vaccin + rappel

  • Vaccin + Covid + rappel

  • Vaccin + vaccin + Covid, mais attention seulement si Covid plus de 3 mois après 2ème injection

Plus compliqué, on passe à 2 épisodes Covid (oui je sais, il y en a qui abusent) ; le Pass est bon si :

  • Covid + Covid + rappel

  • Covid + vaccin + Covid , mais attention seulement si Covid plus de 3 mois après le vaccin

  • Vaccin + Covid + Covid , mais attention seulement si Covid plus de 3 mois après le 1er Covid

Par-contre, pour les super abuseurs (si si ça existe) qui ont cumulé Covid + Covid + Covid, ça ne marche pas, il faut quand-même le rappel entre 2 et 4 mois après le dernier Covid.

A noter que la validité de 4 mois pour le Pass n’est applicable qu’en France ; elle reste de 6 mois pour les voyages à l’étranger. Tout le monde doit impérativement faire son rappel pour aller à la piscine, mais pas pour passer 6 heures assis en classe économique dans un avion bondé.

Mais les changements de consignes vont trop vite pour les systèmes informatiques d’Etat. Ainsi, si vous avez eu le Covid avant le rappel, vous dispensant ce dernier, avant le 15 février, il vous faut télécharger un nouveau certificat de rétablissement sur l’appli TousantiCovid. Si vous n’avez pas l’appli, la vie va être dure pour vous pendant 1 mois, car il ne sera accessible sur SIDEP qu’à partir du 15 mars. En attendant, plus de copains, plus de restos, plus de visites culturelles, alors que vous êtes en règle.

Par ailleurs, les patients dans la situation Covid+vaccin+rappel avant le 1er février doivent actualiser leur Pass vaccinal sur le site d’attestation pour obtenir un Pass valable.

En revanche il faut rendre justice à l’Assurance Maladie qui semble faire preuve de souplesse envers les médecins covidés qui ont déclaré leur arrêt-maladie sur Ameli et non sur le site declare.ameli, et qui ont de ce fait perdu leurs trois jours de carence (c’est aussi vrai pour les patients : il faut impérativement leur dire de se déclarer malade sur declare.ameli et ne pas faire le 1er arrêt de travail vous-mêmes). Il faut contacter votre Délégué Assurance Maladie (DAM) qui devrait pouvoir corriger.

Je finis avec l’avenant 9 de la Convention. Nous nous étions arrêtés à l’article 4, voici donc l’Art.5, gros morceau qui concerne le forfait-structure. Celui que tout médecin conventionné touche annuellement, sous certaines conditions bien-sûr. Et bien-sûr aussi, ces conditions se durcissent. Au début, il fallait « juste » avoir télétransmis > 2/3 de feuilles de soins avec un logiciel agréé + déclaré ses horaires d’ouverture. Ensuite est apparue l’installation d’une Messagerie de Santé Sécurisée. A partir de 2022 (pour le forfait versé en 2023 donc), la liste des pré-requis s’allonge  : le logiciel doit pouvoir se connecter sur le nouvel « Espace Santé » des patients qui contient leur Dossier Médical Partagé (DMP), et il faut avoir adhéré à un dispositif de soins coordonnés (actuellement MSP=Maison de Santé Pluriprofessionnelle ou CPTS=Coordination Professionnelle Territoriale de Soins). En 2023, le logiciel devra être validé « Ségur ». Si ces conditions ne sont pas réunies, aucun forfait-structure n’est versé.

De plus, de nouvelles obligations (eux, ils appellent ça « indicateurs ») apparaissent, qui pour l’instant sont optionnelles mais qui ont vocation à devenir des pré-requis dans la nouvelle Convention 2023 :

  • Entrer 20% des consultations dans le DMP du patient ;

  • Utiliser le mail sécurisé patient-médecin dans 5% des consultations (quel intérêt ??) ;

  • Etablir des e-prescriptions pour 50% des ordonnances médicamenteuses ;

  • Faire 5% de ses feuilles de soins avec la nouvelle appli Carte Vitale (de même, pourquoi ??).

Le principe du forfait-structure avait été initialement demandé par les syndicats pour améliorer les conditions de travail de tous les médecins conventionnés. Il était censé être suffisamment conséquent pour permettre l’embauche de salariés. Mais comme d’habitue la Caisse l’a totalement dévoyé en en faisant un instrument de coercition supplémentaire. Il ne reste plus à nos syndicats qu’à s’opposer frontalement à cette évolution lors des négociations pour la prochaine Convention, et revenir au fondamental : la revalorisation substantielle des consultations pour nous laisser gérer notre exercice.

Les autres articles sont beaucoup plus marginaux. L’Art. 6 instaure un intéressement à la prescription de bio-similaires pour les endocrinologues (insuline) et les gynécologues (traitements dans le cadre de la Procréation Médicalement Assistée=PMA), selon un calcul éminemment complexe dont la Caisse a le secret. Le N°7 promet un suivi plus réactif, trimestriel, aux médecins ayant signé l’OPTAM ou l’OPTAM-CO. Le dernier, N°8 mêle l’extension du secteur privé à l’hôpital pour les praticiens à temps partiel, l’allongement du congé paternité, et la promesse d’envisager éventuellement la suppression des feuilles de soins papier pour les factures dites « dégradées ». Les promesses n’engagent que ceux qui y croient …

Je vous souhaite une bonne semaine et du repos pour ceux qui le peuvent.

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top