×
 

Point hebdo FMF


par Patricia Lefébure
 

Point-hebdo FMF du 03-01-2022

Publié le : 3 janvier 2022

Chers amis,

Une nouvelle année commence. Hélas assez similaire à celle qui vient de s’achever, encombrée de Covid. Je vous la souhaite malgré tout épanouissante à tous niveaux. Prenez soin de vous et gardez le plaisir d’exercer.

Le nombre de patients infectés a tellement explosé ces deux dernières semaines que le risque est désormais plus économique que sanitaire, le nouveau variant paraissant moins dangereux que les précédents. Aussi le gouvernement a-t-il décidé d’assouplir les règles d’isolement, d’autant que beaucoup de patients contaminés sont vaccinés. Désormais pour les malades vaccinés (avec rappel) 7 jours suffisent, voire 5 jours si le test antigénique se négative à J5. Pour les non ou partiellement vaccinés, l’isolement reste à 10 jours mais possibilité d’être levé à 7 jours avec un test antigénique négatif. Dans tous les cas, la PCR de confirmation à la recherche du variant n’est plus recommandée. Et surtout l’isolement des enfants de moins de 12 ans cas-contact n’est plus obligatoire, à condition d’avoir un test négatif à J1, J2 et J4. Les tests de J2 et J4 pouvant être pratiqués par les parents, qui doivent l’attester sur l’honneur, à partir d’auto-tests délivrés gratuitement par les pharmaciens.

Parallèlement, le délai pour recevoir la dose de rappel est passée de 6 mois en novembre à 5 puis 4, puis 3 mois, après la 2ème dose ou un Covid. Qui dit mieux ? Je ne peux évidemment pas vous dire sur quelles études le gouvernement se base pour décider qu’un rappel à 3 mois sera plus efficace qu’un rappel à 6 mois …

Pour nous médecins, les conséquences de cette flambée épidémique se traduisent par 2 mesures. 1) le report au 31 juillet 2022 de la réintroduction du ticket modérateur sur les téléconsultations. Elles peuvent donc continuer à être facturées en 100% AMO. 2) l’ouverture d’une nouvelle période DIPA (Dispositif d’Indemnisation pour Perte d’Activité) pour les spécialités devant déprogrammer leurs interventions. L’indemnisation sera de 80% de la rémunération 2019.

Une autre conséquence, qu’on ne pensait quand même pas devoir subir bien que prévue dès novembre  : les réquisitions commencent à arriver. Dans le Var une jeune consœur a été réquisitionnée le matin pour le soir, alors qu’elle n’avait personne pour garder sa petite fille. Heureusement, grâce à l’intervention de nos collègues FMF qui siègent aussi à l’Ordre, un arrangement a pu être trouvé. En revanche, un couple de jeunes installés en zone pénurique du Haut-Rhin a été réquisitionné par l’ARS malgré la protestation unanime de tous les syndicats médicaux. En tant qu’effecteurs, puis en tant que régulateurs !! Avec demande d’arriver 1 heure plus tôt pour « prise en main de l’outil informatique ». Rien n’est légal dans ces réquisitions : il n’est pas possible de réquisitionner dans un domaine sortant du champ de compétence du médecin (la régulation est un domaine très spécifique), avant l’heure de départ de réquisition il n’y a aucune obligation, il est statistiquement impossible que ces réquisitions soient systématiquement tombées sur le même couple alors que tous les médecins du département, y compris salariés, sont censés figurer sur les listes. De quel crime a donc été coupable ce jeune couple ? Tout simplement d’avoir accepté les aides officielles de l’État pour s’installer en zone défavorisée ! Il est des régions où il ne fait pas bon exercer.

Je finirai par le message reçu de l’Assurance-Maladie cette semaine, qui nous rappelle qu’une sage-femme peut adresser des patientes à n’importe quel spécialiste, sans respect du parcours de soins. C’est quand même un comble ! Si je vois un patient sans médecin traitant (45% des patients sur mon secteur) et qu’un avis spécialisé me semble nécessaire, le pauvre patient en est pour sa poche. Alors que s’il va voir une sage-femme, il sera remboursé correctement dudit avis. Seule solution : adresser au préalable chez une sage-femme pour qu’elle oriente vers le spécialiste. Vous avez dit ubuesque ? Le message parle uniquement des patientes, il y a de la discrimination dans l’air.

Voilà pour aujourd’hui. N’oubliez pas de déclarer vos indicateurs personnels ROSP sur le site Ameli. Vous avez jusqu’au 31 janvier 2022.

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top