×
 

Point hebdo FMF


par Patricia Lefébure
 

Point Hebdo FMF du 02-05-2015

Publié le : 2 mai 2015

Communiqué de la Fédération des Médecins de France
FMF78

samedi 02 mai 2015

Chers amis,
  • Vous venez de recevoir votre prime PAP ou ROSP (Rémunération sur Objectifs de Santé Publique). Malgré le principe très contestable de cette prime, malgré l'opacité totale des calculs, ça met un peu de beurre dans les épinards, me direz-vous. En tout cas pour les généralistes, qui cumulent les indicateurs cliniques et d'organisation du cabinet. Pour les autres spécialistes, ils ne vont pas devenir obèses par la quantité de beurre. N'oubliez pas que dans le meilleur des cas, cette prime ne correspond qu'à 1 euro maxi par acte. Pour toute la durée de la Convention. Vous avez sans doute remarqué qu'elle a été versée beaucoup plus tard que d'habitude. Parce-que les CPAM ont eu des difficultés à calculer le nombre de mammographies effectuées. Vous imaginez quand toute notre rémunération dépendra de leur bonne volonté ! Ce retard m'a amenée à rechercher dans la Convention s'il y avait une date limite fixée pour le versement de la ROSP : aucune date écrite, ils paient quand ils veulent. Par contre, j'y ai retrouvé cette phrase pleine d'espoir : "dans l'attente de la CCAM clinique pour le 31 décembre 2012, ...". Sans doute une erreur de frappe, on voulait dire "3012". En tout cas, si vous n'êtes pas satisfaits par le montant de votre prime, n'hésitez pas à contester auprès de votre CPAM. L'an dernier, 90% des réclamations ont obtenu gain de cause. Essentiellement parce la CPAM n'est pas capable d'expliquer ses propres chiffres.
  • Chaque semaine apporte son lot de réactions sur le tiers-payant généralisé. Après Brigitte Dormont, qui annonçait clairement (à juste titre d'ailleurs), qu'il augurait la mort de la médecine libérale, "et que c'était une bonne chose", c'est un médecin, le Dr Martial Olivier-Koeret, ancien président de MG-France, qui déclare que les médecin ne comprennent rien, et qu'heureusement que le législateur est là pour avoir une vision d'envergure. Bon, on est content d'avoir été défendu par de tels syndicalistes ... Si vous pensez au contraire que la loi de Santé n'est bonne ni pour les médecins, ni pour les patients, expliquez-le à vos patients par ces affiches en salle d'attente.
  • Lesquels patients, répètent inlassablement à chaque enquête, qu'ils sont très contents de leurs médecins libéraux. Cette fois encore, l'étude de la DREES affiche 90% de satisfaction pour les généralistes, et 84% pour les autres spécialistes. Contre seulement 75% pour l'hôpital. Qu'à cela ne tienne, on va renforcer l'hégémonie hospitalière et faire disparaître les libéraux, répond le gouvernement. Parano ? Allez donc voir le site ministériel d'information sur les professions de santé. En 1ère page et en gros caractères, on y trouve les ostéopathes "ni-ni"! (ni kiné, ni médecin). Et vous aurez beau chercher ensuite, aucune trace des médecins libéraux parmi les professionnels de santé. Disparus de la circulation, les médecins. Ca en dit long ...
  • Alors si vous, vous n'avez pas envie de disparaître, restez mobilisés. Poursuivez la grève de la télétransmission (je vous rappelle que vous pouvez demander des feuilles de soins papier vierges à notre secrétariat). Continuez les pétitions. Participez aux actions locales lorsqu'il y en a, avec des Coordinations qui refleurissent (en Bretagne, dans le 65, le 71, le 78), et des mouvements de déconventionnement qui commencent à s'organiser ici et là. Parfois la grève des gardes comme en Normandie. C'est la guérilla, chacun à son niveau, seule lutte possible contre le pouvoir absurde. Et votez aux élections URPS en fin d'année pour affirmer que les médecins sont toujours là !
  • Je finirai par un point de la CNAM sur le Contrat d'Accès aux Soins (CAS). Sans surprise, on y apprend que 30% des signataires sont des médecins secteur 1 titrés. Et les 70% autres des secteur 2 à faible rattrapage d'honoraires puisque le montant initial des "dépassements" était de +28%. Les "gros dépasseurs", clairement localisés à Paris et dans le 92, sont sagement restés en secteur 2. Il n'y est pas précisé si les délais de RDV, qui constituent le vrai frein à l'accès aux soins vu la démographie libérale, ont diminué en 2014.

Gardez de ce Point Hebdo l'idée que les patients ont confiance en nous, qu'ils sont attachés à nous et à notre façon d'exercer notre beau métier. Nul doute que vous recevrez plein de brins de muguet cette semaine.

Je vous souhaite une très bonne semaine.

Pour adhérer à la FMF, cliquez sur le lien
 
 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top