×
 

Point hebdo FMF


par Patricia Lefébure
 

Point Hebdo FMF 78 du 13-04-2013

Publié le : 14 avril 2013

Chers amis,

Un peu long, le point hebdo cette semaine, mais lisez-le jusqu’au bout. En tout cas, allez au dernier paragraphe qui vous informe du DPC proposé par l’A2FM, organisme de formation de la FMF.

- Le point essentiel de l’actualité syndicale cette semaine est évidemment l’arrivée de la fameuse « prime à la performance », rebaptisée ROSP (Rémunération sur Objectifs de Santé Publique). Les médecins libéraux ont reçu en moyenne 3750 euros, et les médecins traitants 5000 euros car ils ont des objectifs cliniques en plus. Passé le 1er moment d’euphorie, que peut-on constater ?

  1. que ces montants correspondent à moins de 1 euro d’augmentation par acte. Et c’est tout ce que nous aurons d’ici la fin de la Convention (en 2016), excepté les quelques revalorisations éparses (essentiellement pour les généralistes) prévues par l’avenant N° 8 à partir de juillet 2013.
  2. que ces chiffres sont comme toujours calculés dans la plus grande opacité, puisque des médecins exerçant dans un même cabinet, avec le même matériel, peuvent recevoir des primes « d’organisation du cabinet » (donc indépendantes de la patientèle) très différentes. De même, le nombre de patients servant de base de calcul a pu varier significativement entre le CAPI calculé en octobre 2012 et le ROSP calculé le 31/12/12.
    La CNAM a édité une synthèse sur le sujet.
    PDF - 3.6 Mo
    Synthèse P4P CNAM avril 2013

    Comme d’habitude, les chiffres sont sans doute exacts (encore que ?) mais les interprétations malhonnêtes. Par exemple, on peut lire :

  3. p.4 : « au vu des résultats sur ce bloc « organisation du cabinet », il se dessine très clairement un mouvement de modernisation de la médecine générale ». Pourquoi la médecine générale, puisque ces indicateurs concernaient l’ensemble des médecins libéraux ? Et cette phrase laisse croire que c’est la prime qui a fait s’informatiser les médecins. Or il ne s’agit pas d’une comparaison avec une situation antérieure, mais d’un constat au 31/12/12 : à cette date, 73% des libéraux étaient équipés selon les normes Sécu.
  4. p.5 : « la moitié des médecins a élaboré un volet de synthèse annuelle du dossier médical ». Là en revanche, cet item ne concernait que des médecins traitants et non de l’ensemble des médecins. Et la question n’était pas « avez-vous fait les synthèses annuelles », mais « avez-vous le matériel informatique pour faire les synthèses annuelles ? ». Ce qui est tout-de-même très différent.
    En revanche, l’objectif est très clairement affiché dans l’introduction p.1 : faire entrer les pratiques de tous les libéraux dans le même moule : « l’enjeu pour le système de soins … est de réduire les hétérogénéités de pratiques et les écarts avec les recommandations de bonne pratique ». Surtout pas de médecine personnalisée, créative et adaptée au patient. C’est tout simplement nier notre raison d’être.
    On remarque enfin que la CNAM affirme avoir dépensé un budget de 282 millions d’euros pour cette ROSP (qui correspond grosso modo pour les bénéficiaires à 1euro/acte), alors qu’une augmentation d’1 euro par C/CS coûte 600 millions d’euros par an. N’y aurait-il pas manipulation des chiffres ? Ou alors seulement 50% de bénéficiaires ?

- Les réactions des divers syndicats sont sans surprise :

Word - 31.5 ko
Réactions des syndicats

la CSMF et le SML, fidèles alliés de la CNAM, se félicitent de cette prime importante. MG-France émet quelques réserves mais est globalement satisfait. Seule la FMF (cf comuniqué) souligne qu’il faut retirer de cette prime les investissements nécessaires, que les montants apparaissent parfois curieux, et que le C/Cs est toujours à 23 euros. Bref, rien qui puisse endiguer la désaffection pour l’exercice libéral.

- Si vous voulez contester vos chiffres, il faut écrire à la CPAM. Vous rencontrerez alors un Médecin Conseil qui relaiera, mais comme toujours, c’est note cher Directeur Négaret qui, in fine, décidera de la suite à donner.

- Egalement cette semaine, le Comité Paritaire National le 11 avril. On y apprend le projet de la Sécu d’intervenir dans l’instauration des traitements anti-hypertenseurs. Persuadée que nombre de patients sont traités sans raison, elle propose d’envoyer aux généralistes un tensiomètre à prêter aux patients pour pratiquer des auto-mesures avant de traiter. Dans un 1er temps, cela paraît louable. Sauf que :

  1. les médecins intéressés devront faire la demande par téléservices, remplir des formulaires, et rendre ensuite des évaluations.
  2. il est fort à parier que par la suite, l’auto-mesure tensionnelle deviendra un préalable au remboursement des traitements, ou du moins un indicateur de ROSP.
    Ne serait-il pas plus utile qu’elle accepte de rembourser les tensiomètres pour les patients sur prescription médicale, puisque l’auto-mesure fait maintenant partie des recommandations ? Et que même les patients, finalement étiquetés « blouse blanche » et non traités, doivent être suivis régulièrement sur le plan tensionnel ?
    Evidemment, ce projet sera d’abord expérimenté dans 4 départements, puis évalué. Mais Sophia avait aussi été expérimenté et évalué …

- Mais vous l’aurez compris, la FMF a dû mal à se faire entendre, car peu représentative selon les résultats des dernières élections URPS. Alors nous devons cartonner aux prochaines en 2015. Pour cela, il faut nous faire entendre et nous démarquer, notamment auprès des spécialistes. C’est pourquoi Benoît FEGER, Président de la branche spécialiste FMF-US, leur envoie un courrier leur déconseillant d’opter pour le Contrat d’Accès aux Soins de l’avenant 8. Ce contrat proposé aux secteurs 2, les oblige à limiter leurs compléments d’honoraires en volume et en montant, contre une prise en charge partielle de leurs cotisations sociales. Accepter est bien sûr se mettre la corde au cou, qu’il suffira ensuite pour la Sécu de resserrer progressivement jusqu’à atteindre les tarifs secteur 1.
Que les spécialistes qui me lisent diffusent ce courrier autour d’eux, à leurs confrères qui ne l’auraient pas reçu.

- Sans surprise, la Conseillère d’Etat Dominique Laurent a rendu son rapport au gouvernement, sur les dépassements d’honoraires des médecins hospitaliers. « Surtout ne rien changer » en est la conclusion. D’abord parce qu’il y a si peu (3%) de dépassements abusifs que ça ne vaut pas le coup de les réprimander. Ensuite parce qu’ils ont de l’expérience et de grandes compétences médicales. Questions :

  1. Quelle différence entre 3% de libéraux et 3% d’hospitaliers ? (3kg de plumes ou 3kg de plomb ?).
  2. Les libéraux ne sont-ils que des petits jeunes qui ont eu leur diplôme dans une pochette-surprise ?

- Mieux vaut en rire qu’en pleurer. Un confrère s’est vu convoquer par sa CPAM pour utilisation abusive du « non substituable ». On peut le comprendre (mais pas le cautionner !!). Mais dans le même temps, un autre confrère s’est vu reproche de ne pas inscrire assez souvent « non substituable » !!! Car cela alourdit le travail des pharmaciens qui ont à gérer la mauvaise humeur des patients. Ubu ne serait qu’un petit joueur au sein de la Sécu.

PDF - 603.3 ko
Non substituable obligatoire

- Enfin, comme promis au début de ce point hebdo, je vous informe que l’A2FM, va vous envoyer cette semaine une invitation à tester son DPC en ligne, géré sur le plan informatique avec la société Excellencis. Vous verrez, c’est amusant, récréatif, mais solide. Testez-le module de démonstration, et diffusez le message autour de vous, notamment auprès des confrères qui ne savent pas bien comment remplir leurs obligations de DPC annuel. Ca devrait leur plaire.

La petite image de la semaine n’est pas amusante mais probablement réaliste.

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top