×
 

Actualités

Petite histoire de masques …

Publié le 29 février 2020, par

Patient de 73 ans, opéré lundi à Lyon d’une néoplasie de prostate.
Il m’appelle vers 19 h 30 « ça va pas bien »
Ok je vous attends.

Et là dans la salle d’attente je le trouve en mauvaise forme avec sa femme à côté de lui
Et là il se met à tousser (c’était pas prévu dans les infos qu’il m’avait données au téléphone)
Il a de la fièvre à 38°5.

Je vais chercher un masque de chirurgie pour lui donner : la boîte est vide, merde ! Onenaplus !

Je l’interroge vite fait dans un coin car il y a encore d’autres patients dans la salle d’attente.
-Vous n’êtes pas allé récemment en Italie du Nord ?( moi de chuchoter)
-Ah Bein si docteur ! j’ai pris le Milan /Mâcon le 20 février j’ai voyagé pendant 4 h dans le train !
Oh le con me dis-je ! ( il m’arrive de maudire les patients, je sais c’est pas bien )
« ah là ça change tout ! ». On se met dans un coin.

Je retourne dans la salle d’attente pour leur dire de partir, tout le monde a compris, d’ailleurs ils le regardaient tous en coin avec sa toux et sa tête de grippé, une belle petite envolée de moineaux.
Allo le 15 !!
1/2 h plus tard les cosmonautes arrivent , calot /lunettes de protection /blouse /sur blouse/ masque ffp2.
J’étais avec mon petit pull bleu, mes lunettes de presbyte et mon stéthoscope.
Et là ... la phrase de la soirée !!!
« Mais vous n’avez pas mis de masques !!! »
Moi de répondre « Bein onenapas !!! »
Là ils m’ont regardé comme si j’étais complètement inconscient (ce qui n’est pas complètement faux)

Ils embarquent le patient dans la navette spatiale.
Et là on attend 1 h le contact avec l’infectiologue du CHU sur le parking.
C’est la procédure.!!!.. c’est long la procédure.

J’appelle le 15 et je demande : "et moi ?
Vous le testez quand le patient ?"
« Demain, résultat demain soir »

Et je fais quoi en attendant ?
Je m’isole ?
Je rentre coucher avec ma femme ?
Je désinfecte la salle d’attente, mon cabinet comment ?
« aérez bien pendant 1 h en mettant la ventilation à fond »
« Heu j’ai pas de ventilation »
« Ah bon ! Bein nous on en a dans les boxes »
« Bein nous onenapas »
« bon Bein aérez »
« Ok et ma femme, je couche avec ou pas ? »
Là il a rigolé.
Moi aussi mais ça réglait pas le problème, je me suis dis, j’irai dormir chez Pierre (un autre médecin en quarantaine) et on boira du rhum .
J’appelle Pierre au secours
Bon Pierre ne répond pas.
Quand ça veut pas, ça veut pas…

Au bout d’une heure l’infectiologue rappelle et me dit que le patient a voyagé le 20 soit 48 h avant l’épidémie officielle, donc « on vous le laisse », c’est sûrement un « petit virus »

J’ai dû négocier avec le 15 « que si c’est pas un coronarovirus c’est quand même un malade en post-opératoire qui ne va pas bien ».
Il est parti avec son masque et les cosmonautes.
Et du coup il a pas payé la consultation !!!

22 h je rentre avec mon petit pull bleu .
Je suis de garde tout le week-end.

Arrivé à la maison Anne (ma femme) me regarde un peu de travers
« Et t’as toujours pas de masque ? »

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top