×
 

Actualités

« Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé DANS TOUS SES ÉLÉMENTS, physiques et mentaux, individuels et sociaux. » (Hippocrate)

Publié le 28 décembre 2020, par Marcel GARRIGOU-GRANDCHAMP

Aux temps d’Hippocrate jusqu’au XXè siècle la médecine était une et indivisible et c’est avec l’avènement de la convention médicale dans les années 1970 que les médecins se sont divisés d’abord entre généralistes et spécialistes puis entre secteurs d’exercice (1, 2…), puis entre spécialités cliniques et plateaux techniques…
Parallèlement les syndicats médicaux ont suivi, aboutissant à un émiettement syndical où prime l’égoïsme et le repli sur son propre exercice au détriment des autres confrères, méconnaissant au passage la partie du serment prônant la solidarité entre TOUS les médecins : « J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité ».
Il faut dire qu’en évoluant au sein d’une enveloppe fermée pudiquement nommée par la suite « ONDAM (1) » la « chasse aux subsides était ouverte » et ce que pouvaient obtenir les uns l’était au détriment des autres.
Ainsi se sont détachés des syndicats alors polycatégoriels, les généralistes du MAG ce qui aboutira à la création MGF, puis les chirurgiens anesthésistes et obstétriciens du BLOC, qui aujourd’hui avec la disparition de leur collège aux URPS médecins (2) vont convoler avec leurs opposants d’hier pour un « AVENIR » incertain illustré par le dicton rappelant la difficulté du « mariage de la carpe et du lapin » !
Une exception quand même dans cette fuite en avant suicidaire et corporatiste, Espace Généralistes né en 2005 et qui a su créer une structure juridique dynamique pour la défense de TOUTE la profession, qui a rejoint la FMF-G pour créer Union Généralistes, branche de la FMF, qui demeurait un syndicat polycatégoriel.

Cette situation est encouragée voire favorisée par les pouvoirs publics qui ont su avantager tel ou tel à un moment, faisant ainsi l’économie d’une revalorisation de l’ensemble de la profession  ! Ainsi il est emblématique de constater que la majoration justifiée des honoraires de la NGAP (3) dans les DOM TOM, n’est pas appliquée pour la CCAM (4) défavorisant l’activité technique par rapport à l’activité clinique hors métropole !
Et les pouvoirs politiques de droite comme de gauche qui se sont succédés depuis 30 ans ont empilé un mille-feuilles de textes législatifs toujours plus contraignants pour les médecins, déséquilibrant une convention en donnant des pouvoirs exorbitants aux directeurs de caisses (5) et toujours plus de contraintes pour les médecins !

Depuis 2005, les milliers de médecins qui se sont adressés à la cellule juridique de la FMF on pu trouver écoute, aide et réconfort, qu’ils soient généralistes ou spécialistes, à activité clinique ou en plateaux techniques, qu’ils exercent en secteur 1, 2 ou hors convention, qu’ils soient signataires de l’OPTAM / OPTAM CO ou non, simplement en respect de la confraternité et de l’art 56 du code de déontologie qui unit le corps médical dans son ENSEMBLE. C’est l’honneur de ce syndicat dont je partage la philosophie et l’engagement, celle d’un corps médical UN et INDIVISIBLE où les acteurs se « doivent assistance dans l’adversité » sans que cela ne reste de vains mots.

Dr Marcel Garrigou-Grandchamp, Lyon 3è, CELLULE JURIDIQUE FMF
📱 06 09 42 56 95

(1) ONDAM : Objectif National des Dépenses d’Assurance Maladie
(2) URPS : Unions Régionales des Professionnels de Santé (le collège 2 des plateaux techniques disparait pour les élections de 2021)
(3) NGAP : Nomenclature Générale des Actes Professionnels
(4) CCAM : Classification Commune des Actes Médicaux
(5) Loi du 13/08/2004, Article 1 du Décret n°2020-1465 du 27 novembre 2020

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top