×
 

Actualités

Face à la pénurie les médecins s’organisent pour se protéger

Publié le 10 mars 2020, par Michel Chrétien

J’ai vu au moins 6 Covid-19 ces derniers jours en banlieue de Strasbourg. 1 seul a été comptabilisé.

Je mets ci-dessous la procédure que j’utilise et qui me permet de rester serein.
On pourrait le faire avec les 50 masques Macron.

Vu le contexte, voici la procédure que j’applique depuis 2009.
(Il ne s’agit pas une recommandation, ni d’une leçon. C’est critiquable et sûrement améliorable. Je décris simplement ce que je fais : résultat, hiver 2019-2020, ZERO rhume).

J’ai un stock de masques FFP2, de masques visiteurs, des gants, de soluté hydro-alcoolique, des draps d’examens, etc. Je les ai achetés avant les événements.
Je n’ai entendu aucun formateur, universitaires ou autre, insister sur les mesures de protection à prévoir pour les soignants.

A la question « les patients asymptomatiques peuvent-ils être contagieux ? », les experts répondent, en les poussant, oui, mais seulement en déposant des virus sur les surfaces avec leurs mains. D’où l’importance, pour les soignants, de se laver les mains après chaque consultation, de ne rien manger, ni toucher sa bouche sans s’être lavé les mains d’abord. Il est impossible de nettoyer toutes les surfaces entre deux patients et il faut donc s’adapter.

Je remise mes masques FFP2 utilisés pendant 48 heures, sans autres procédure, et les réutilise. A tort ou à raison, je considère que le risque de survie des virus, s’il existe est acceptable. J’en consomme environ 30 par an. Changés si poussiéreux.

Pour rappel, on n’attrape pas de virus aéroporté en croisant un malade, il faut un contact prolongé, 5 minutes, dans un espace confiné (voir l’intervention de M. Revest, Professeur d’infectiologie au CHU de Rennes le 04/03/2020). Je possède, mais n’utilise pas de lunettes de protection.

J’applique cette procédure pour toutes les pathologies contagieuses supposées, que ce soit la grippe, le rhume banal, les gastro-entérites, ou le Covid-19. Cela me donne un confort de travail supplémentaire.

J’utilise le dispositif mobile de protection virale ci-dessous :

Sur la porte de la salle d’attente, une affiche. Et à côté de l’entrée, à disposition, des masques chirurgicaux et un soluté pour les mains :
 


A noter :

  • C’est devant la porte d’entrée, personne ne peut dire ne pas l’avoir vu.
  • Il n’y a que 3 ou 4 masques disponibles, sinon piratage.
  • Le soluté pour les mains, mais il y a des toilettes aussi avec eau courante, savon, essuie-mains papier jetables.
  • La gratuité de la chose (c’est pour cela que la distribution de masques visiteurs et FFP2 par l’état est importante en période d’épidémie.)

 -> A peine un consultant concerné sur 3 obtempère...

Évidemment, je mets un masque FFP2 au premier nez qui coule et surtout au moindre reniflement. Et je fais la consultation avec.

Après la consultation de CHAQUE patient symptomatique, resté seul en consultation, j’aère (fenêtre ouverte 1 minute, ventilation continue) et me lave les mains dans une pièce privée, après avoir enlevé et remisé le masque FFP2.

En visite, j’ai des FFP2, des gants et du soluté dans mon sac. 

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top