×
 

Actualités

Déconfinons nos cerveaux

Publié le 16 avril 2020, par (PN) Philippe De Chazournes

Lettre ouverte à Monsieur le Préfet de la Réunion et à Madame la directrice de l’Agence Régionale de Santé océan Indien

Nous ne pouvons accepter plus longtemps une politique de protection de la population qui se résume à une assignation à résidence, une limitation de nos libertés individuelles, et une entrave à nos déplacements.

Surtout, avec quels résultats ?

Des rues désertes, des étals vides, des commerces à l’agonie, des enfants laissés sans enseignement et sans activité, des pans entiers de notre industrie dévastés par l’immobilisme, une économie ravagée, des malades livrés à leur maladie, terrorisés par un virus invisible et laissés seuls sans soutien face à eux même.

Combien de cancéreux attendent leurs examens, leur traitement ? Combien de diabétiques laissés sans contrôle ? De psychotiques sans contact avec leurs thérapeutes ? De gramounes sans aide de vie, sans plus de traitement, sans kinésithérapeutes faute de masque et ainsi privé de l’activité physique essentielle, sans soins infirmiers parfois par simple crainte que le virus ne vienne avec elle, et surtout sans visite de leurs proches !?

Un vivre ensemble, qui se résume aujourd’hui à la peur panique de l’autre, à la suspicion qui va jusqu’à craindre de croiser le regard ou répondre à un bonjour timidement esquissé derrière un masque.

Une police aux ordres qui multiplie les excès de zèle et verbalise sans discernement les vieux qui ont l’audace de s’assoir ou les jeunes qui ne le font pas.

Et tout ça, TOUT CA pour moins de 400 cas dans le 974 ?!!

Soyons un peu sérieux.
Car pendant ce temps, nos patients asthmatiques, épileptiques, diabétiques, coronariens se déséquilibrent chez eux, de peur d’aller consulter.
Les anecdotes des « Morts par le CoVid sans l’avoir jamais attrapé » abondent. Elles seraient risibles si nous ne parlions pas de nos semblables.


Aussi, Nous, personnels soignants de ville, demandons officiellement :

  1. Que la spécificité locale de notre département soit un élément prépondérant dans nos choix sociétaux et soit intégrée dans l’application intelligente des recommandations nationales. Âge moyen de la population inférieur à la métropole, comorbidités diabète, HTA et surpoids surreprésentés. Disparition de cas nouveaux.
  2. À ce que la population réunionnaise tout entière soit invitée à se tester massivement pour le CoVid-19. De façon gratuite et ordonnée. Y compris, si cela s’avérait nécessaire, auprès des centres de biologies vétérinaires, de recherche, de gendarmerie, de police et tous ceux qui se porteraient volontaires pour participer à l’effort local et national.
  3. Que les cas positifs soient identifiés, traités et isolés selon les protocoles scientifiquement établis au travers de la médecine de ville et non plus via le seul hôpital qui ne saurait prendre en charge la masse des cas positifs, mais dont la mission est de se concentrer sur les cas graves uniquement. Hiérarchisons les recours dans la logique du parcours de soin coordonné et non centralisé.
  4. Que les cas négatifs soient protégés (masques, gants, SHA), formés aux gestes barrières et informés des risques de leur absence de protection immunitaire. Puis remis en activité.
  5. Que tous les traitements candidats soient intégralement remis à l’intelligence de la médecine de ville, trop longtemps laissée à l’écart, avec pour conséquence l’explosion du système hospitalier qui a croulé sous la charge de travail.
  6. Que les voyageurs arrivant depuis la métropole soient systématiquement et doublement testés (PCR et test immunologiques), de façon obligatoire, et gardés en éviction le temps nécessaire à l’obtention des résultats de leur sérologie avec la suite qui s’impose une fois ceux-ci connus.
  7. Que les représentants locaux de la diaspora chinoise fassent montre d’implication en activant tous contacts qu’ils jugeront utiles pour permettre l’approvisionnement de notre département en moyens de protection adaptés, et cela de façon coordonnée avec les instances gouvernementales locales qui en assureront la distribution à l’ensemble des personnels soignants et à la population non immunisée.
  8. Enfin que cesse au plus tôt chez nous ce confinement illusoire, par le fait qu’il ne fait que repousser à J+15 en date du jour du déconfinement la reprise quasi certaine de l’épidémie que nous redoutons. Prédire autre scénario serait vous mentir.

Monsieur Le Préfet, Madame La Directrice de l’ARS.
Déconfinons nos cerveaux, et de grâce : pensons globalement pour agir localement.
Tous ensemble

Pour la FMF Réunion

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top