×
 

Actualités

Confraternité

Publié le 20 janvier 2022, par Marcel GARRIGOU-GRANDCHAMP

Je jure par Apollon médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée…

…De considérer d’abord mon maître en cet art à l’égal de mes propres parents ; de mettre à sa disposition des subsides et, s’il est dans le besoin, de lui transmettre une part de mes biens ; de considérer sa descendance à l’égal de mes frères, et de leur enseigner cet art, s’ils désirent l’apprendre, sans salaire ni contrat…

…Eh bien donc, si j’exécute ce serment et ne l’enfreins pas, qu’il me soit donné de jouir de ma vie et de mon art, honoré de tous les hommes pour l’éternité. En revanche, si je le viole et que je me parjure, que ce soit le contraire. (J. Jouanna, Hippocrate, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1992, annexe I – Traduction)

En lisant une rubrique écrite par une jeune consœur dans une revue médicale à propos de la confraternité je me suis souvenu de la remarque d’un vieux médecin quand ma génération était à sa place, à l’aube de la vie professionnelle ! « … Tu vois petit, quand j’écris cher confrère, je n’écris frère que par habitude…  » disait-il provocateur ! Nous renvoyant l’image d’un individualisme que nous pensions suranné.

Plaisanterie mise à part, ma lecture de l’art 56 du code de déontologie médicale est bien différente de celle de cette consœur et je vais tenter de vous l’expliquer :

Dans la confraternité je vois essentiellement deux aspects :

 - L’organisation des rapports entre les médecins lorsque leurs diagnostics ou opinions s’opposent, dans l’intérêt des patients. Il ne doit pas s’agir d’un affrontement mais d’un échange, d’un dialogue au besoin en présence d’un tiers expérimenté, un conseiller ordinal par exemple. La finalité de la confraternité n’est en aucun cas de « se couvrir » de façon corporatiste mais de protéger le patient qui serait pris en otage entre deux avis divergents, pas forcément motivés par son état de santé. Il est d’ailleurs éclairant de voir que l’article suivant du code, le 57, concerne la tentative de détournement de clientèle !

 - L’entraide que peut apporter un médecin à un collègue (ou sa famille d’ailleurs) face à des difficultés de toutes sortes. Et les commissions ordinales ou les associations d’entraide comme MOTS ou le réseau ASRA sont là pour en attester. Cette entraide confraternelle c’est de l’écoute, de la bienveillance et de l’empathie, des conseils, jusqu’à l’entraide financière et matérielle… malheureusement pas toujours au rendez-vous !

Une illustration personnelle en conclusion : ayant annoncé à la dernière commission paritaire qu’il s’agissait pour moi de la dernière après de longues années, j’ai reçu de nombreux et gentils messages de sympathie de confrères et d’administratifs de la section sociale que j’ai toujours respectée sans la ménager, pas un de la section professionnelle, mes « frères » syndicalistes.

Dr Marcel GARRIGOU-GRANDCHAMP, Lyon 3è, Cellule Juridique FMF

Je vous invite à aller lire sur le site du CNOM les commentaires à propos de l’art 56 dont je retranscris le texte ci-dessous.

Article 56 (article R.4127-56 du code de la santé publique) 

Les médecins doivent entretenir entre eux des rapports de bonne confraternité.
Un médecin qui a un différend avec un confrère doit rechercher une conciliation, au besoin par l’intermédiaire du conseil départemental de l’Ordre.

Les médecins se doivent assistance dans l’adversité. 

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top