Point-hebdo FMF du 23-12-2015

, par  Patricia LEFEBURE , popularité : 1%

DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01//EN" "http://www.w3.org/TR/html4/strict.dtd">

Communiqué de la Fédération des Médecins de France
FMF78

mercredi 23 décembre 2015

Chers amis,

  • Je commencerai ce dernier Point Hebdo de l'année 2015 par une actualité qui a fait le "buzz" cette semaine : la mise en place du site "deuxième avis". De quoi s'agit-il ? D'un site créé par des jeunes sortant de HEC, sur lequel les patients peuvent demander un avis spécialisé en ligne. Pour la modique somme de 295 euros : 120 euros pour le médecin répondeur, et 175 euros pour le fonctionnement de la structure. Quand on creuse un peu, de nombreuses questions surgissent. A ce tarif-là, on peut penser que les patients interrogeront pour des pathologies graves, donc ayant déjà bénéficié d'un 2ème avis après celui du médecin traitant. Quel est donc l'avis qui leur a paru tellement négligeable qu'ils ne l'ont même pas comptabilisé ? Celui du généraliste traitant ou celui du spécialiste de 2ème recours ? Ensuite, la liste des médecins experts inclus dans le dispositif sont tous des hospitaliers, et tous sauf 1, d'hôpitaux parisiens. N'existe t'il donc pas de médecins compétents en France hors CHU parisiens ? Enfin, sur la composition du comité de pilotage. On a la surprise d'y trouver Pierre-Louis Druais, président du Collège de Médecine Générale, et, tout aussi surprenant, Claire Rambaud, présidente du CISS (Collecif Interassociatif Sur la Santé). Celle-là même qui, en 2010, déclarait que "les complémentaires remettent en cause la notion même de solidarité", et qui, maintenant, appelle à ce que cet avis soit pris en charge par ces complémentaires. Bonjour la médecine à 2 vitesses, entre les patients avec une complémenatire et les autres ; surtout qu'à ces tarifs, on peut gager que seules les sur-complémentaires abonderont, et que les montants des primes vont s'envoler (il faut bien payer les 175 euros de frais de structure, malgré l'absence de locaux et de personnel). Nous, petits manants médecins de proximité (toutes spécialités confondues), nous retiendrons surtout qu'il semble logique à la société de facturer 120 euros pour un avis d'expert. C'est une bonne base de négociation sur nos honoraires.

  • Ca tombe bien, les négociations conventionnelles vont bientôt commencer, et comme je vous l'avais dit, pour la 1ère fois, les syndicats se réunissent en amont afin d'arriver avec des revendications communes. Une première réunion a eu lieu mercredi 16 décembre, plus une autre spécifique ce jour sur le régime de retraite ASV  . Ces deux rendez-vous ont été constructifs, mettant en évidence de nombreux points convergents. La FMF  , qui oeuvre sans relâche pour cette union syndicale, voit enfin ses efforts récompensés, et peut espérer une prochaine Convention plus favorable aux médecins libéraux.

  • L'autre nouvelle de la semaine a été la parution des résultats de la grande consultation du Conseil de l'Ordre (CNOM). 36 000 médecins et 4 000 usagers de soins, ont répondu. Excusez du peu ! Du côté des médecins, on retiendra qu'ils continuent à aimer leur métier et leurs patients, malgré une nette dégradation de leurs conditions de travail. Côté patients, 95% sont contents de la relation avec leurs médecins, et 86% de la qualité des soins. S'ils renoncent parfois aux soins c'est surtout à cause des délais de RDV, bien avant les problèmes financiers. Et pour eux, les priorités portent sur la lutte contre les inégalités de santé, la coopération entre médecins (et avec les autres professionnels), l'allègement des charges administratives pour plus de temps médical, et enfin, l'indépendance de notre exercice. Là aussi, des arguments pour les négociations à venir.

  • Je l'ai gardé pour la fin, mais ne pouvais l'occulter totalement : la Loi Santé a été définitivement adoptée le jeudi 17 décembre, par quelques députés. Outre le tiers-payant obligatoire (pour les ALD en juillet 2016, pour les autres, possible en janvier 2017, et obligatoire en décembre 2017), cette loi instaure également un N° unique pour la Permanence Des Soins (PDS), le médecin traitant pour les enfants, la relance du Dossier Médical Partagé (DMP) par l'Assurance-Maladie, l'autorisation pour les sages-femmes de pratiquer des IVG médicamenteuses, la possibilité de prescrire de l'activité physique pour les patients en ALD, et les "class action" dans le domaine de la santé (regroupement de victimes pour une plainte commune, comme pour le Benfluorex, par exemple). Elle supprime le délai de réflexion de 7 jours pour les IVG. Et entérine la réforme du DPC (Développement Professionnel Continu). Retrouvez le détail ici. La loi a été votée le 17 décembre ; dès le 18, les premiers décrets arrivaient pour avis chez les syndicats. On voit que tout était orchestré d'avance ! L'affrontement va être difficile à éviter.

  • Avant de vous quitter, je vous rappelle que vous devez proposer une complémentaire de santé à vos éventuels employés au 1er janvier 2016. Comme toujours, notre ami Richard Talbot vous a concocté sur le site de la FMF   une belle synthèse sur cette obligation. A ce sujet, la FMF   vous recommande de vous renseigner auprès de La Médecine Libre (LML), mutuelle indépendante créée par des médecins pour les professionnels de santé, avec des frais de gestion affichés et réduits au minimum, afin d'utiliser les primes pour rembourser au mieux les patients et valoriser les actes médicaux. La FMF  , séduite par cet esprit d'indépendance, soutient cette initiative depuis le début, mais je précise qu'elle n'y a aucun lien d'intérêt.


Je vous souhaite
à tous de très belles fêtes de fin d'année. Profitez de ces moments pour retrouver vos proches, parfois un peu oubliés au milieu de nos tourments, mais toujours là pour nous soutenir. Merci à tous nos conjoints, enfants, parents ; nous savons que vivre avec un médecin libéral
n'est pas facile.

Adhérer à la FMF